La journée des Sixphonnés du Mont Brouilly le 27 mai 2018

Le mot du parrain    

              Evidemment le Mont Brouilly avec sa gueule de Beaujolais surtout pas nouveau, ses 483 m ressemble de loin à une aimable taupinière. Le collectionneur de cols qui en a épinglé plus de 1600 différents en France, en Europe, le gouteur d’Izoard, Ventoux, Stelvio, Agnel, Tourmalet, d’Hautacam grands crus que je suis, pourrait être circonspect ou prendre ce nain de haut. Il n’en sera rien le 27 mai et je ne ferai pas le malin.
Devenir un Sixphonné du Mont Brouilly se mérite, est un honneur. 3, 6, 9 fois tutoyer son sommet avec humilité, remettre son Mont Brouilly sur le métier et le petit plateau.  Saluer avec respect le sieur Brulius, officier de César, la Saône, la Bresse, la Dombes, la pierre bleue, le volcan d’antan et bien sûr Notre Dame des Raisins.
Cette dernière est-elle plus efficace contre l’oïdium ou les douleurs dans les cuisses au 3e passage ? allez savoir. Bref, ne jamais dans le soleil ou le brouillard se brouiller avec le Brouilly.  Faute de temps, je ne me suis toujours pas fait remettre ma Légion d’honneur inscrite au Journal officiel depuis janvier 2015 mais je serai un Parrain fier de cette 1ère édition qui se consolera en gagnant son diplôme de Brouilly Véloman en votre compagnie à tous. 
Décidément vélo est bien l’anagramme de love.
L’amitié !
​​​​​​​
Denis Cheissoux
Producteur de radio sur France Inter, goûteur de paysages, pédalant depuis l’âge de 14 ans